Bonjour Giulia), dis-moi, d'où viens-tu ?

Bonjour Clémentine ! Je suis née à Angers dans le Maine et Loire mais je suis arrivée à Paris assez tôt, à mes 9 ans. Je ne regrette pas d’avoir passé mes premières années auprès des chevaux et de la nature. Le rythme s’est ensuite rapidement accentué dans ma vie ! Je suis montée à Paris et suis rentrée à la Comédie Française où je jouais 2 soirs par semaine en tant que comédienne, en plus d’aller à l’école toute la journée. Une aventure extraordinaire pleine de rencontres qui a duré presque 2 ans. J’ai suivi un cursus un peu spécial dans une école privée artistique autour de l’univers de la comédie musicale. Nous apprenions à faire de tous les arts, nous faisions nous-mêmes nos propres costumes, fabriquions les décors … Mon amour pour l’artisanat et l’univers artistique a commencé ici ! J’ai continué ensuite ma « carrière » en tant que danseuse, spécialisée dans l’affro jazz et le hip-hop. Beaucoup d’aventures et de rencontres ici aussi ! Puis je suis revenue à mes premiers amours. Je suis devenue l’attachée de presse de créateurs français dans le quartier des Abbesses. Mais là où je me suis sentie plonger dans l’envers du décor c’est en travaillant comme assistante avec une femme libanaise absolument incroyable qui avait une grande boutique de luxe au Liban. Je l’aidais à faire ses achats à Paris pendant les Fashion Week. Mon endroit préféré était dans les coulisses, en train de regarder toutes ces petites mains et tous ces préparatifs. J’ai continué ensuite ma route dans divers endroits et domaines. Jusqu’au moment où un changement important s’est produit dans ma vie et où j’ai décidé de prendre cette opportunité de lancer ma propre entreprise pour mettre en valeur les créateurs et artisans français.

Collaboration made in france

Tu as commencé il y a quelques années par créer un blog sur les métiers d'arts Français, je l'ai découvert à travers des portraits de créateurs talentueux et hyper spécifiques. Quel était ton moteur, ton envie à ce moment-là ? 

Mon moteur est vraiment de mettre en avant les autres et ainsi de participer à leur succès. Sur les réseaux, je ne parle pas de moi. J’ai appris à me montrer, car la communauté était en demande de cela. Je partage pas mal l’audience avec ma fille Rose aussi ! Mais toujours autour de mettre les autres en avant. Ce que j’aime c’est faire changer les mentalités de consommation en rapprochant l’acheteur du créateur. Qui est derrière une marque ? Quel est son parcours ? Ce qui est passionnant c’est que 90% du temps, un créateur ou artisan français s’est reconverti. Et les chemins suivis sont parfois tellement étonnants ! C’est passionnant. Ainsi, nous n’achetons pas juste un objet, un vêtement, un accessoire … Il y a toute une histoire derrière et l’acheteur le sait. En lançant Les Français sont gâtés, j’ai fait le choix de n’en parler à personne. Je suis déjà entourée d’artistes. Mais les gens dont je parle sur le blog et que je vends sur la boutique ne sont que des créateurs que j’ai rencontré à travers cette aventure. C’était un choix et une envie d’apprendre moi-même au fur et à mesure des rencontres. Quelle est ta méthode pour dénicher les talents ? J’adore apprendre et découvrir des univers. Je cherche beaucoup sur Instagram mais j’écoute aussi beaucoup de podcasts. Il n’y a pas un moment dans mes journées où je ne suis pas en train d’essayer de découvrir ou d’apprendre quelque chose.

Tu as continué à développer ton site avec une offre de type plateforme de vente de création made in France, quelle est ton ambition ? Quels sont les projets de LFG ?

Effectivement au début Les Français sont gâtés était uniquement un blog où vous pouviez trouver des articles ou des interviews. Je n’avais pas du tout l’idée d’en faire une boutique. Depuis le début je me laisse porter par cette aventure et prend les opportunités au fur et à mesure où elles arrivent. L’idée d’une boutique est venue de la communauté. C’est vrai que je parle beaucoup de « petits créateurs » et il y a deux ans la plupart n’avait pas encore de boutique ou de boutique en ligne. Alors les gens m’ont dit « mais pourquoi tu ne les vendrais pas ? Car on adore mais après on ne peut pas acheter ! » Je n’y connaissais RIEN en e-commerce. Un mois plus tard, la boutique en ligne ouvrait. C’était l’enchaînement des nuits courtes à cette période ! Comment définirais tu la "Giulia Touch" de Les Français sont gâtés ? Moi ce que j’aime c’est le beau mais qui soit détournable et utilisable de différentes manières. Par exemple, quand j’achète un vêtement je regarde beaucoup de choses : combien de temps vais-je le porter ? Est-ce que ça pourrait aussi se porter pendant ma prochaine grossesse ? Est-ce que je vais pouvoir le porter de plusieurs manières/styles différents ? J’adore par exemple les bijoux modulables. Pouvoir porter un collier aussi bien en bracelet, qu’en le raccordant à un autre collier pour le transformer en sautoir, etc. Sur ma boutique, les créations ont un prix. Du fait en France à la main, ça a forcément un coût. Alors j’essaye de tout penser pour que le client puisse faire tout de même une bonne affaire en achetant quelque chose qui durera dans le temps (la qualité est mon premier critère) et qui aussi pourra lui être utile de plusieurs manières, au grès de ses envies.

J'adore le côté joyeux et de bonne humeur de ton offre, il y a un côté frais et élégant, comment choisis tu tes habits et ceux de ta fille ?

C’est gentil merci beaucoup !! Pour ma fille j’aime beaucoup jouer sur les mélanges de motifs et de couleurs. Mais toujours en créant une harmonie de couleurs. J’adore qu’elle porte des chaussures dorées, pailletées. Depuis petite je la laisse choisir trouver ses propres idées de tenues et ça a développé chez elle un bon sens de l’esthétisme. Pour moi, j’ai un style assez marqué. J’aime beaucoup les asymétries et les pièces fortes mais par contre je suis en même temps très modérée. Si par exemple je porte un haut ou une jupe très déstructurée ou très « créateur », je les porterai uniquement avec d’autres vêtements très basiques. Une pièce forte par tenue et le reste très simple. Avant j’étais accro aux chaussures exubérantes et maintenant je me suis un peu calmée.

Tu es hyper engagée pour soutenir l'artisanat Français, as tu d'autres marottes ?

Je suis très portée sur l’humanitaire et j’y consacre d’ailleurs en réalité 75% de mon temps. Depuis mes 16 ans je suis engagée dans cette quête de faire un monde meilleur, en tous cas d’y participer du mieux que je peux ! En tant que maman c’est de plus en plus important pour moi de tout faire pour garantir un joli futur à mes filles.

Retrouvez Giulia sur son blog Les Français sont gâtés